Faits d'actualités, Non classé

Les nouvelles cartes connectées de Kiabi

57b4875d086937.87048976

Kiabi en quête de renouveau : des nouvelles cartes de fidélité connectées

A l’heure du digital, les magasins de prêt-à-porter se lancent eux aussi dans la course au numérique. C’est le cas pour l’enseigne Kiabi positionnée en tant que  “mode à petits prix”. Nous connaissions les beacons, ces petits capteurs qui utilisent les capacités bluetooth de nos téléphones afin de nous proposer des offres attractives dès que nous nous attardons devant un produit. C’est un peu sur ce même principe que Kiabi expérimente à Beauvais dans l’Oise une carte de fidélité connectée en parallèle de sa  stratégie web to store.

Concrètement, le fonctionnement est assez simple. Lorsque le client rentre dans le magasin il est reconnu via cette nouvelle carte de fidélité. Le système lui envoie un message de bienvenue sur son smartphone et il reçoit même des points de fidélité. Des vidéos personnalisées (sélection de look complet, conseils et astuces) accompagnent le client tout au long de son parcours, les vidéos  sont aussi transférées sur son téléphone. Lire la suite

Faits d'actualités

Amazon lance une carte d’un nouveau genre

 

08326502-photo-amazon-logoPure player de l’e-commerce, Amazon lance une carte de crédit d’un nouveau genre.

Amazon lance la carte Amazon Prime Rewards Visa Signature, utilisable en ligne mais également dans les restaurants, stations services et autres commerces du type pharmacies.

Comme son nom l’indique, cette carte est exclusivement réservée aux abonnées du service Amazon Prime. Ces derniers paient une souscription afin de pouvoir bénéficier de services tels que la livraison en un jour gratuite ou le stockage illimité de photos. Notez donc que la carte est gratuite à condition d’être abonné, ce qui par conséquent oblige le client à débourser.

Cette carte inclut de nombreuses assurances mais a pour but premier de récompenser la fidélité des abonnés. La récompense se traduit sous forme de points convertibles en cash ou en bons d’achat. En effet, les membres du service Amazon Prime bénéficieront de 5% de gains suite à leurs achats sur le site Amazon ainsi que d’autres récompenses sur divers autres achats.

Le souhait d’Amazon est de fidéliser ses  meilleurs clients, tout en espérant faire revenir ses abonnés pour du shopping sur son site, en utilisant les points qu’ils auront gagnés grâce à leurs achats.

Source : http://www.latribune.fr/entreprises-finance/banques-finance/amazon-lance-une-carte-visa-gratuite-utilisable-partout-hors-ligne-630025.html

Faits d'actualités

Aer Lingus et son nouveau programme de fidélité

Quand les compagnies aériennes misent sur des programmes de fidélité

Aer Lingus A320 EI-DVHCeux qui voyagent beaucoup le savent, les autres un peu moins, les compagnies aériennes ont elles aussi leur propre programme de fidélité. C’est le 10 janvier dernier que la compagnie aérienne Irlandaise Aer Lingus a présenté son tout nouveau programme de fidélité: Aerclub qui vient remplacer l’ancien; Gold Circle.

Le but ? Récompenser ses voyageurs du plus fidèle ou moins fidèle. La compagnie basée à l’aéroport de Dublin propose à ses passagers d’être récompensés de leur fidélité grâce à un système de “points Avios”. Contrairement à de nombreuses compagnies qui récompensent leurs voyageurs en fonction des miles à l’instar d’Air France avec sa carte flying blue, Aer Lingus innove.  Son programme de fidélité est basé non pas sur la distance du vol mais sur le montant déboursé lors de l’achat du billet (hors taxes, frais et charges). Ainsi, 1euro dépensé égale 1 point Avios. Lire la suite

Efficacité des programmes de fidélisation, Faits d'actualités

6 moyens pour rendre un programme fidélité efficace

Dans ce billet , nous vous proposons de discuter six moyens actuellement mis en place par les entreprises pour rendre leur programme de fidélité plus efficace.

 

  1. Proposer un programme de fidélité par niveauxillus niveaux

Une entreprise peut proposer un programme de fidélité qui distingue les consommateurs selon leur degré de fidélité. Nous avons tous en tête l’exemple du programme de fidélité de la SNCF qui distingue par exemple les voyageurs, des grands voyageurs, etc. Tel le joueur de Candy Crush avide de jouer pour accéder au niveau supérieur, le consommateur confronté à un programme de fidélité fonctionnant par paliers successifs peut se sentir incité à consommer davantage pour être reconnu – à sa juste valeur – comme étant l’un des clients les plus fidèles de l’entreprise. Tout l’enjeu pour l’entreprise consiste à définir les différents paliers et les récompenses qui leur sont associés de telle sorte à inciter le client à répéter ses achats.

Lire la suite

Faits d'actualités, Programme de fidélisation

Les Français et les cartes de fidélité

visu_carte_fidelite

Les Français et les cartes de fidélité

Des programmes de fidélité toujours plus plébiscités…

Selon une étude Nielsen citée dans LSA, les trois quarts des Français adhèrent à un programme de fidélité. Cependant, la moitié d’entre eux affirment se contenter de scanner leur carte de fidélité au moment de leur passage en caisse. Bien que les applications mobiles et autres systèmes technologiques se développent, les consommateurs y sont peu réceptifs et privilégient les cartes.

Les principales attentes des consommateurs lors de leur adhésion sont des avantages monétaires et l’accès à certains privilèges tels que des ventes privées ou des cadeaux personnalisés. En effet, les Français souhaitent un programme de fidélité adapté à leurs attentes. Notons qu’il est important de prêter grande attention aux habitudes de consommation de chacun, afin de fidéliser ses clients.

Source : “Ce qu’attendent les Français des programmes de fidélité” Julie Delvallée, Décembre 2016

 

Vie de l'Observatoire

L’observatoire présenté au Club Commerce Connecté

Le 14 juin Le Club Commerce Connecté accueillait une présentation de l’Observatoire de la fidélité.

Le Club Commerce Connecté réunit des acteurs du Commerce traditionnel et e-commerce ainsi que des offreurs du Numérique de la Région Aquitaine qui proposent des solutions dans ce domaine.

L’objectif de ces réunions, les “CCC ConneCtion” est de mettre en lumière des pratiques autour de témoignages rapides sur une thématique : ici la fidélisation clientèle.

Uns synthèse de l’Observatoire de la fidélité et fidélisation clientèle a été présentée par Agnès PASSAULT, dans les locaux de l’IAE de la Rochelle. Elle a été suivie par des échanges avec la salle et par un cocktail. A revoir en vidéo ci-dessous.

[vidéo] CCC-ConneCtion spécial client, Agnès Passault présente l’Observatoire de la fidélité

 

Vie de l'Observatoire

Observatoire de la Fidélité : les résultats de la 7 ème édition

La 7ème édition de l’Observatoire de la fidélité et de la fidélisation clientèle a eu lieu le 4 mars 2016 dans les locaux de l’IAE de Bordeaux devant 150 professionnels.

Si vous n’avez pas eu la chance d’avoir le rapport complet, vous pouvez le télécharger en PDF.

Pour une lecture très synthétique des résultats, vous pouvez visualiser notre infographie :

Observatoire de la Fidélité infographie

 

Vous pouvez retrouver la présentation intégrale de cette édition.

Vous pouvez également visionner ci-dessous la présentation de notre invitée Gwarlann de Kerviler,

Vie de l'Observatoire

7ème édition de l’Observatoire de la fidélité clientèle le 4 mars 2016

La présentation des résultats de l’Observatoire de la fidélité 2015 auront lieu le 4 mars 2016 dans les locaux de l’IAE, Pôle Universitaire des Sciences de gestion à Bordeaux bastide.observatoire2016

Une présentation des travaux de la synthèse des travaux de recherche de l’année précédente sera faite par Jean-François TRINQUECOSTE.

La dernière édition des résultats du baromètre de la fidélité sera présentée par Catherine VIOT et Agnès PASSAULT.

Gwarlann de Kerviller présentera ses travaux : “Se considérer comme un client fidèle affecte-t-il l’évaluation des bénéfices reçus ?”

Voir le programme complet

Vous pouvez également participer l’après-midi aux conférences “Nature et intérêts des stratégies défensives de l’entreprise” présentées par les enseignants-chercheurs de l’IRGO.

Cliquez ici pour vous inscrire

 

Articles de recherche, Efficacité des programmes de fidélisation

Les programmes fidélité à base de cash ont-ils tout faux ?

A noter, en ce début d’année, un texte prometteur intitulé « Cash vs. Non-cash incentive programs – what works best ? ». Le texte est destiné à rendre compte d’une recherche conduite par « Aberdeen Group ». C’est la « incentive research foundation » qui s’en fait l’écho.

De quoi s’agit-il ? D’un texte présenté de prime abord comme de nature à rompre avec l’idée-reçue selon laquelle les gratifications monétaires seraient les plus incitatives et, à ce titre, tout à fait indispensables. Au contraire, la recherche dont il est rendu compte prouverait que ce sont les gratifications non-monétaires qui sont les plus performantes. La curiosité est aiguisée. Mais la déception attend au bout de la lecture.

En premier lieu, la performance y apparaît – pour paraphraser le mot de Paul Valéry évoquant la notion de liberté – comme « un de ces détestables mots qui ont plus de valeur que de sens et qui chantent plus qu’ils ne parlent ». Les critères de performance ne sont, en effet, pas mentionnés. La notion de performance demeure donc « suspendue » et indéterminée ; en attente d’une définition.

En outre, il est présenté comme un élément probant le fait que l’étude révèle qu’un pourcentage supérieur d’entreprises « bonnes élèves » ou encore « premières de la classe » considèrent que le « non-cash » – c’est-à-dire la gratification non monétaire – est la plus fondamentale. Bien. Et alors ? Pense-t-on avoir fait la preuve – sur la base de cet argument- que c’est précisément cette conviction qui confère aux entreprises considérées leur « performance » meilleure et qui en fait les « meilleures élèves de la classe » ? L’exemple est bon pour tout enseignant voulant mettre son auditoire en garde contre l’assimilation imprudente de la notion de corrélation à la notion de causalité.

Heureusement cet argument n’est pas le seul. Malheureusement ceux qui suivent ne sont pas meilleurs : « demandez aux heureux gagnants s’ils se souviennent des montants de la gratification monétaire dont ils ont bénéficié et vous verrez que c’est peu » dit à peu près le texte. « Posez la même question à ceux qui ont gagné un voyage et vous verrez la différence » ajoute-t-il.

Certes. Et alors ? Croit-on, avec cet argument, faire la preuve que le voyage est un levier plus puissant pour autant ex ante ? C’est-à-dire au moment où la promesse doit inciter à l’action ? Non. Je connais un certain nombre d’étudiants qui vantent, après plusieurs années d’expérience professionnelle, l’utilité de cours auxquels ils ont pourtant eu tendance à s’absenter avec une certaine … assiduité … durant leur scolarité.

On retiendra toutefois la conclusion finalement prudente et équilibrée du travail relaté ; une conclusion consistante à défaut d’être aussi spectaculaire que la « bande-annonce » ne le laissait augurer : « il faut commencer par comprendre ce qui motive les clients car c’est la clé de ce qu’il faut leur offrir » affirme le commentaire. Bigre. Le risque pris est faible au bout du compte. A ce rythme-là le texte ne va pas tarder à réinventer le marketing. Il doit s’agir d’une forme de commémoration du centenaire de son apparition dans les universités américaines.

« Par ailleurs, les meilleurs programmes associent incitations financières et non financières. 63% des meilleurs élèves utilisent du « non-cash » dans leur programme de fidélisation B to B ». Nous voilà soulagés. On avait pu redouter d’être déstabilisés par une découverte révolutionnaire. Heureusement il n’en est rien. De ce point de vue on est à l’abri. Et l’on peut se remettre rapidement d’une émotion que l’on n’a finalement pas eue.

Les gens heureux n’ont pas d’histoire dit-on. A l’instar des gens heureux probablement, la vérité fait rarement la une des journaux qui ont vocation à livrer du sensationnel.

Jean-François TRINQUECOSTE